Pas si nulle ?

Publié le par Snow

Quand on sort de l'école, on se rend bien compte que l'on a appris des tas de choses plus ou moins interressantes, mais c'est le bazar...

Pendant les cours, on a fait des boites de neurones pour bien ranger les connaissances. De temps en temps, c'est ultra pratique, on dit un mot et tout ce qui en découle débarquent dans notre esprit.
Mais le plus souvent c'est pas pratique, mais alors pas pratique du tout !

On arrive devant un animal malade. Parfois, il présente LE symptôme, ou  la lésion qui n'existe que dans une maladie, et la bingo la boite s'ouvre. Mais en général, un symptôme est commun à des tas de maladies. Il faut alors apprendre à chercher vite dans les boites qui contiennent ce symptôme, et faire le tri sans en oublier. 

Il y a aussi le cas où on a besoin de quelques éléments de la boite, mais au moment où on l'ouvre tout son contenu nous tombe dessus.

Et puis la science, j'ai remarqué qu'elle aime bof les boites et le rangement trop systématique. Du coup, il faut aussi apprendre comment faire des compromis. Les chevaux ne lisent pas les cours de médecine alors parfois ils n'en font qu'à leur tête. Un exemple de la semaine, dans la boite syndrome fébrile, on a "un cheval qui présente de la fièvre ne mange pas". Ben cette semaine, on a eu un cheval avec une fièvre marquée et un appétit de Labrador.

Du coup, on a beau avoir tout bien rangé dans la tête, on ne s'y retrouve pas toujours bien et on a l'impression de ne plus rien savoir.

Mais l'air de rien, pendant la dernière année, on passe pas mal de temps à décortiquer les cas, à apprendre à faire le tri.
Et puis, en stage j'ai eu un maître de stage qui me demandait toujours mon avis avant d'exprimer le sien, et devant le client, alors j'ai encore progressé un peu dans l'art du tri et du jonglage.
Et là encore trois mois de stage où j'ai vu plein de vétérinaires différents avec chacun sa technique de tri et des façons différentes d'aborder les cas. Du coup, j'ai encore un peu plus construit ma propre technique.

Je commence donc doucement à prendre mon autonomie ! Comment je le sais ? Parceque j'ai de plus en plus l'esprit critique sur la démarche des cliniciens et des arguments à avancer au vétérinaire lorsque l'on discute du cas. Et puis aussi plein de fois où je me dis "il faut faire ça" avant que le vétérinaire dise "on va faire ça". Youhouhou !!

Le revers de la médaille, c'est que du coup j'ai un peu envie de passer la vitesse supérieure. Dans la clinique où je suis en ce moment, j'apprend des tas de choses, mais je suis vraiment spectatrice. C'est frustrant !

Je commence donc à réaliser que oui je sais des choses. Mais qu'il me reste encore beaucoup de travail de tri, d'appropriation des connaissances pour être autonome dans la pratique.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

steuf42 30/09/2009 10:36


ola!!!
il me semble bien qu'on se connait déjà...mais je ne savais pas que tu avais un blog!
allez hop...dans mes liens!
pour ce qui est de l'après études, je vois qu'on partage pas mal de point de vue...on en reparlera dans 1 ou 2 ans...pour voir si on est plus à l'aise dans notre casaque de véto!


Snow 01/10/2009 04:45


Voui, voui c'est bien la même ! Mais je pense qu'à l'époque de mon commentaire ce blog n'existait pas encore ou tout juste. En tout cas c'est sympa de pouvoir echanger et comparer !


l'asv de Charlie 27/09/2009 11:53


Je suis contente pour toi que tu prennes confiance et que tu sentes que "ça y est, tu es prête à voler de tes propres ailes!"
ça doit faire super plaisir de trouver avant que le véto en chef ne donne son diagnostic!! (j'imagine le "Yessssssssss!" intérieur!!)
(Même avec 20 ou 30 ans d'expérience, il y aura toujours des cas où tu auras le doute...mais psychologiquement tu le gèreras certainement mieux. )


Snow 28/09/2009 03:52


Prete, prete, pas encore tout a fait mais ca va viendre ! c'est vraiment quand j'ai la bonne démarche que je suis ravie !!