Je crois que...

Publié le par Snow

19h

"Je crois que j'ai une urgence" nous annonce calmement Mme Pomme.

Nous sommes dans la cuisine de la clinique et nous marquons un temps d'arret. Comment Mme Pomme est entree dans la clinique ? Pouquoi n'a t-elle pas appele le numero d'urgence ?

Ses traits tires contredisent le calme de sa voix.

Nous la suivons jusqu'au parking ou son van est gare. Elle ouvre a sa jument lui fait faire demi-tour. Nous apercevons les carpes qui presentent de belles plaies. D'accord, c'est une urgence, il faut verifier l'articulation.

"Vous avez bien fait de nous l'emmener si l'articulation est touchee, il nous faut agir tres vite pour limiter l'infection, mais cela semble superficiel"

Mme Pomme palit : " Je crois que derriere c'est pire"

Elle descend la jument, qui marche sur 3 membres. Effectivement derriere c'est pire.

La cuisse est fortement erraflee. Notre regard descend sur le grasset, il presente une importante plaie profonde qui couvre une grande surface.

"Un ligament est peut etre touche, l'articulation est peut etre ouverte, ca expliquerait la boiterie" pensons-nous quand nos yeux arrivent sur le boulet.

Aucun doute l'articulation est ouverte, on apercoit le cartilage de l'os du canon. L'extenseur est coupe, en consequence le boulet reste flechi.

Diouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuudiouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu, l'alarme se met en route dans la tete. Il faut proteger l'articulation, il faut une attelle, il faut faire des radios, il faut nettoyer la plaie...

Nous appelons le chirurgien pour qu'il evalue les degats.

"Mais Mme Pomme comment est-ce arrive ?"

Le masque se fissure et Mme Pomme se lance a toute allure dans son explication simplement entrecoupee de sanglots. Elle etait en train de nourrir et puis Pasdebol presentait des legers signes de coliques. Alors comme cest la ponette de sa fille de 8 ans, elle na voulu prendre aucun risque, elle la mis dans le van. Son mari etait a l'arriere du van, elle est monte au volant de la voiture.


Elle demarre, elle ne roule pas trop vite pour ne pas secouer la ponette et puis d'un coup dans le retroviseur elle voit une porte qui claque, un bout de queue. Elle s'arrete.


Elle avait pense que son mari fermerait le van, elle na pas verifie, elle etait stressee.

Elle pense maintenant que tout est de sa faute, qu'elle a tue la ponette de 6 ans de sa fille, tout est alle si vite...


Nous nettoyons les plaies, realisons les radios, testons les articulations. Il n'y a pas de fractures, seul le boulet est ouvert, bien ouvert : l'os et le cartilage sont tout rapes.

Le chirurgien explique a Mme Pomme que quoiqu'il arrive la ponette ne pourra plus travailler, que le boulet ne fonctionnera plus jamais normalement. Mais il explique aussi que l'on peut sauver la ponette et que cela va couter tres cher, sans resultats garantis, qu'il faut qu'elle reflechisse. Le chirurgien redoute une decision hative sous l'emprise de l'emotion.

Mme Pomme telephone a son mari. Ils decident de faire la chirurgie, de tout tenter.

Apres 4 jours, la ponette va mieux. Elle a un magnifique platre violet pour maintenir le boulet et s'appuie de plus en plus sur ce membre. Malgres tout, il faut encore attendre, la phase critique nest pas terminee car nous redoutons toujours une infection de l'articulation.


Penser a toujours faire vous-meme le tour de votre attelage avant de demarrer !

Publié dans Cas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dragon d'eau 30/09/2009 20:05


Prenante, ton histoire... J'espère que Pasdbol va mieux.
"ne pourra plus jamais travailler" = ne pourra plus jamais porter aucun cavalier ? Ni au pas, ni au trot ? Sait-on si elle pourra trotter à nouveau, si elle gardera une fragilité ?


Snow 01/10/2009 04:44


Elle va beaucoup mieux et est confortable avec son platre. Elle pourra porter un cavalier, mais elle sera boiteuse. En fait, le boulet était ouvert et les condyles de l'os métacarpien tout rapé (il
ny avait plus de cartilages et l'os était touche), donc le boulet risque très fortement de resté non mobile ou très peu mobile, ce qui va lui donner une démarche très particulière sans l'empecher
de vivre normalement au prés et meme d'avoir des petits.