Colic night

Publié le par Snow

19h

Je commence à me demander ce que je vais manger -cruel dilemne s'il en est : pates ou petits pois- quand soudain, une des vétos arrive : "une colique arrive d'ici 20 minutes, d'après le véto referent c'est une impaction, il y a une option chirurgicale au cas où".

 

Branle bas le combat moussaillon, armez les arquebuses !

Quand le souffrant arrive tout est prèt est heu comment dire... il se pourrait bien que nous partions en chirurgie plus vite que prévu. Le cheval est vraiment très douloureux.

Mais d'abord l'heure est au bilan, quand on gère une colique c'est une urgence. Mais il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Il est important de faire le tour du cheval, d'abord pour essayer de determiner d'où provient la douleur. Ensuite pour stabiliser le cheval le plus efficacement possible. Et enfin, bien sur pour décider avec le propriétaire si oui ou non il faut aller en chirurgie. Tout ces gestes, ces bilans ne sont pas une perte de temps, mais au contraire de vrais atouts à mettre dans le jeu de votre cheval. Prendre le temps de savoir précisemment où en est le cheval, c'est se donner les moyens de réagir au plus vite et de prévoir les pépins. Car comme dirait l'autre "anésthésier c'est PREVOIR".

Cela dit il ne faut pas perdre de temps. Nous sommes en 2009 après JC, tout peninsula equine hospital est occupée par le cheval. Toute ? Non ! Une irréductible française résiste encore et toujours à l'anglais. Et la vie n'est pas facile pour Lauren, Sinead et Sarah. J'ai quand même réussi à filer un coup de main par ci par là. D'abord en essayant de comprendre les situations : on prend du sang ? bon je peux faire hématocrite solides totaux pendant que quelqu'un lance l'analyseur. Et puis aussi en faisant répeter car la véto parle très vite, alors j'ai besoin que l'interne me répète.

 

22h.

Le cheval est sur la table, tout se passe au mieux. On travaille en musique, rien de mieux que de la country pour se tenir alerte parait-il !  Le chirurgien explique plein de choses au passage. Le cheval souffrait d'un entrappement épiploïque. En bref, un bout d'intestin était coincé dans un trou présent dans le tissu qui suspend les intestins. Les intestins sont beaux et retrouvent leur motilité au cours de la chirurgie.


3h

Le réveil a été long. Il est l'heure de planifier la nuit, d'avaler quelquechose, de ranger, de complémenter les perfs etc etc... On fait donc un visuel toute les heures et toutes les 2h sondage. Ouf, les boxs ont tous une caméra. Ainsi, pas besoin de sortir du lit pour les visuels ! Malgrès tout, cela représente une nuit de 3h, du coup c'était un peu dur ce matin. Le bon coté, c'est qu'après on est entraîné pour absorber les décalages horaires.
 
9h : bilan après la première nuit.

C'est bien ! La douleur est sous controle, aucun signe inquiétant. La propriétaire passe et il n'y a pas grand chose de plus gratifiant que son sourir et la réaction du cheval quand elle rentre dans le box. Le bonhomme a encore du chemin à faire pour être tirer d'affaire, mais c'est toujours mieux quand ca démarre comme ça. J'ai décidement de la chance de faire ce métier...

Publié dans Cas

Commenter cet article